Dans la Solitude des champs de coton

de Bernard-Marie Koltès. Texte publié aux Éditions de Minuit

Mise en scène : Sophie Hutin
Jeu : Pierre Serra, Nicolas Torrens
Musique : Lena Circus
Assistanat à la mise en scène: Bertille Sindou-Faurie
Lumières : Flore Dupont
Costumes : Marie Coudert
Administration de production : Agnese Serallegri

> Résumé

« J’arrive dans l’amour comme on entre dans l’eau
Les paumes en avant..»
Jean Genet, Le Pêcheur du Suquet

Deux hommes placés sur le minuscule segment temporel où le chien devient loup, se rencontrent et s’affrontent dans un duel de paroles.
Le choc de leurs mots est le creuset de la naissance de violence, de la naissance de la guerre, comme une négociation diplomatique condamnée à échouer, comme un rituel qui se déliterait avant son terme sacrificiel, comme un désir de noyade que l’un et l’autre partageraient.
Au demeurant, aurait-il pu advenir quoi que ce soit d’autre à deux personnes qui attendent tellement l’une de l’autre ?
« Il n’y a pas d’amour. Il n’y a pas d’amour. » Dans cette répétition, la faille est béante, laissant pointer, comme étonnée, la tendresse. Les corps se fracassent dans l’abîme, sans rien toucher. Seul la perspective du sang mêlé par la guerre pourra, peut-être, leur permettre d’unir leur humanité.

> Premiers jalons et partenaires

Dans la Solitude des champs de coton a fait l’objet de deux semaines de recherche en août 2013 à Gare au Théâtre à Vitry- sur-Seine, avec le soutien de RAV!V (Réseau des arts vivants en Ile- de-France).

Le projet sera accueilli en résidence à la Mue-Karine Saporta en avril 2017 et sous le chapiteau de la Fontaine aux images à l’été 2017 (accueil en diffusion en avril 2018).

> Diaporama

Comments are closed.

Conditions générales d’utilisation

Toute utilisation, diffusion, commercialisation, reproduction et représentation, totale ou partielle, d’éléments du site à d’autres fins que privées et non commerciales est subordonnée à l’autorisation préalable du Théâtre de l'Homme qui marche.