Mascarades

Performance spectacle entre chien et loup pour adultes en mal d’enfance

Création collective à partir d’écritures de plateau et d’observations assidues du réel
Mise en scène et scénographie de Sophie Hutin
Avec : Beatriz Gallizo, Pierre Serra, Mélanie Tanneau, Nicolas Torrens
Lumières : Flore Dupont
Costumes : Marie Coudert
Graphisme : Virginie Sala
Administration de production : Agnese Serallegri

> Résumé

Entre accessoires et prothèses langagières : pastiches et postiches du – mauvais – théâtre de la vie.

Notre petite enquête ethnolinguistique consiste à adopter un point de vue positif, -presque- tendre, sur la norme ou le rapport de domination en train de s’écrire. Quelles stratégies « la société » déploie-t-elle pour parler à travers nous ? Il s’agit de nous prendre en flagrant délit de pensée de masse, de nous capturer nous-mêmes dans le filet de la norme, de montrer à quel point ça pense malgré nous, même (surtout ?) quand nous croyons maîtriser notre langage. La grammaire est une toile d’araignée et notre liberté n’y est au mieux que celle du prédateur et, d’ailleurs, sans doute y est-elle exclusivement celle du moucheron. Impossible de penser un ailleurs, ou même simplement d’envisager son existence. Au demeurant, peut-être le bégaiement est-il un indice de bonne santé, le signe de notre liberté qui cherche à se frayer un chemin à travers les rets du langage.

Le terreau de travail est né d’observations de nos pratiques langagières au quotidien transposées ou retraduites au travers d’improvisations sur le plateau, donnant ainsi naissance à des protocoles de jeu s’actualisant différemment à chaque représentation dans un Oulipo corporel.

> Extrait

Ou comment se-parler-de-tout-de-rien ou quand une compilation aléatoire de phrases « toutes faites » paraît produire une conversation.

« Toi 1 – Ne le prends pas mal… Ce n’est pas pour dire mais…
Toi 2 – Ça ne me pose aucun problème.
Toi 1 – Je ne veux pas te blesser. Ne te fâche pas.
Toi 2 – Excuse-moi je te coupe. Ça ne doit pas être facile.
Toi 1 – Je ne peux pas aller plus vite que la musique.
Toi 2 – Je suis sûr que tu vas y arriver. On ne va quand même pas tout faire à ta place.
Toi 1 – Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. Si tout le monde faisait comme toi…
Toi 2 – je dis ça, je dis rien. J’ai tout dit, j’ai rien dit.
Toi 1 – Il faudrait qu’on se voie pour en parler.
Toi 2 – Tu n’es pas sérieuse?
Toi 1 – Ça me met hors de moi.
Toi 2 – Si ce n’est pas malheureux quand même ! Vraiment, sérieusement, franchement, honnêtement !
Toi 1 – Ça ne devrait pas se passer comme ça. On n’est pas obligés.
Toi 2 – Il faudrait faire quelque chose. Y’a qu’à… t’as qu’à… on n’a qu’à…
Toi 1 – C’est quoi qui te dérange ? Moi, je vais te dire ce qui te dérange.
Toi 2 – Je ne t’entends pas.
Toi 1 – Il faudrait qu’on se voie pour en parler. »

> Point d’étape de la création

Le projet a bénéficié de la mise à disposition de studio au CND Centre national de la danse, du soutien du Centre Bertin Poirée, du Centre d’animation Ken Saro-Wiwa et du Réseau des Arts vivants en Île-de-France (RAViV) dans le cadre des Laboratoires participatifs et solidaires.

Comments are closed.

Conditions générales d’utilisation

Toute utilisation, diffusion, commercialisation, reproduction et représentation, totale ou partielle, d’éléments du site à d’autres fins que privées et non commerciales est subordonnée à l’autorisation préalable du Théâtre de l'Homme qui marche.