Hamlet-machine


De Heiner Müller, créé à Paris au studio Le Regard du Cygne le 3 juillet 2009

Mise en scène de Sophie Hutin et Sylvaine Guyot

Production : Théâtre de l’Homme qui marche

> Création au studio Le Regard du Cygne, du 3 au 5 juillet 2009
Distribution : Yohan Campistron, Sylvaine Guyot, Sophie Hutin, Nicolas Torrens
> Théâtre des Argonautes, Marseille, 29 et 30 juin 2010
Distribution : Etienne Guérin, Adeline Hocdet, Sophie Hutin, Nicolas Torrens
> Festival Off d’Avignon 2010, Théâtre Notre-Dame / Lucernaire, du 8 au 31 juillet 2010
Distribution : Etienne Guérin, Sylvaine Guyot, Sophie Hutin, Nicolas Torrens

> Résumé

© Baron Barquette

Hamlet-machine ou la fin de l’histoire. Impossible d’agir : il a beau dire, Hamlet ne vengera pas son père, Hamlet ne fera pas la révolution, Hamlet ne donnera pas d’amour. Hamlet ne nous racontera pas d’histoire.

Il est pris entre deux tentations : la machine, sans pensée, sans mémoire, obscène ; ou le retour à la matière, sans forme, sans avenir, brut. Peut-être aime-t-il trop se regarder ne pas agir. Et si c’était nous?

L’Hamlet de Heiner Müller a plusieurs visages. Il y a, bien sûr, Hamlet et l’interprète d’Hamlet. Mais il y a aussi l’Hamlet intime, qui voudrait être l’enfant, l’embryon, la femme, le père, l’ami de la famille tout à la fois. Il y a aussi l’Hamlet politique qui voudrait être l’autorité, l’insurgé, le soldat et l’intellectuel. Des Hamlet qui voudraient ne pas choisir – des Hamlet totalitaires. Et si c’était nous? Ou pas.

 

> Le dossier artistique du spectacle

> Presse

Extraits vidéo (2009)

> Photos (2010)